Histoire

PARC SCHERRER MORCOTE

Définit “le jardin des merveilles” le parc a été réalisé par Arturo Scherrer (1881-1956), commerçant de tissus, voyageur passionné et amant d’art et de culture. En 1930 il acheta le terrain sur lequel d’année en année il réalisa la structure. Le parc-monument contient une riche collection d’objets d’art de divers pays et d’époques différentes, entourés d’une végétation luxuriante, des bâtiments et des oeuvres d’art de tout genre provenant du monde entier. Par exemple la copie à l’échelle 1:4 de l’«Eretteo», le deuxième temple de l’acropole d’Athènes, la villa indienne construite sur le modèle du Palais Salò à Brugine, près de Padova, ou bien le temple égyptien de Néfertiti, dont la partie intérieure est une fidèle copie de l’originale qui se trouve a Berlin. A la sortie on peut admirer une maison typique lombarde-tessinoise du 1300, aménagée en restaurant-grotto, reconstruction fidèle que Mr. Scherrer a voulu insérer dans le parc pour témoigner son affection au Tessin.

Ce paradis de 15 000mq qui domine, majestueux, les eaux du lac Ceresio est inséré dans un monde impressionnant de flore subtropicale attirent et enchantent chaque visiteur on y trouve comprend des palmiers, des camélia, des glycines, des laurier-rose, des cèdres, des cyprès, des camphres, des eucalyptus, des magnolia, des azalée, des orangers, des citronniers, des bambou et un très grand nombre de différentes espèces de fleurs odorantes.  Le parc fut légué à la commune de Morcote par la veuve Scherrer en 1965, avec le désir explicite d’une ouverture au public et fut conservé selon la conception originaire de la famille Scherrer, avec des embellissements ultérieurs qui se prêtent magnifiquement à manifestations culturelles ou artistiques de grand succès. Le jardin fait partie de la prestigieuse chaine des «Grands Jardins Italiens». Depuis 2014, grâce à ses reconstructions caractéristiques d’édifices et d’œuvres en style Baroque, Rococo et Art Nouveau, il a été englobé dans les parcs botaniques style “Follies”.

A TRAVERS LE PARC

A l’entrée, à saluer l’hôte, une fontaine ornementale de Venise accompagnée d’un lion byzantin posé sur une colonne de la Renaissance. Sur les bords de l’escalier qui monte dans le parc, deux lions baroques en marbre blanc de Carrare, étayés par des plantations d’azalée, indiquent le parcours à suivre. Entre les lions, les nymphes et la faune on arrive à une allée ou on peut admirer les statues qui représentent les quatre saisons dans un cadre d’azalées et camélias; tout de suite après un gros cèdre du Liban complète ce cadre magnifique.
Au fond de l’allée voici apparaître une amphore du 1200 utilisée à cette époque comme récipient pour l’huile.

On arrive ensuite à la grandiose fontaine de la Renaissance en marbre de Carrare près des colonnes d’un point de vue. Ensuite on trouve la terrasse panoramique avec deux sphinx qui trônent sur les colonnes d’entrée.
A ce niveau on peut jouir d’un superbe, presque léonardesque, panorama sur le lac, sur Porto Ceresio et sur les collines du Varesotto. La statue de Vénus, Junon et Jupiter veillent au milieu des buissons d’azalées.

En tournant le regard en amont, on aperçoit L’«Eretteo», le deuxième temple de l’acropole d’Athènes, reproduit à l’échelle 1:4 en pierre de Vicenza et soutenu par de magnifiques cariatides..

Au dessus apparaît le temple du Soleil, structure de matrice espagnole, naturellement miniaturisée.

Le jardin qui l’accueille rappelle le style des fameux jardins d’Alhambra à Grenade et il est embellit par deux fontaines de style baroque en pierre naturelle de Verona entourées de petites haies de buis. Deux statues dominent le parc d’en haut, l’une représente Mercure, dieu du commerce et l’autre une fileuse, symbole de la profession de Mr. Scherrer.

On continue vers la maison des Thé en style siamois qui évoque les mystères de l’Orient. A travers un bois de bambou on arrive au temple égyptien de Néfertiti, veillé par deux divinités: la tête de lion de Sekhmet et la tête de faucon de Horus, fils de Osiride.  L’intérieur avec le célèbre buste de la reine Néfertiti sont des copies fidèles des originaux qui se trouvent à Berlin et datent de l’époque de Aménophis, env. 1375 a.C. Les murs sont décorés en style égyptien antique. Le temple accueille aussi les urnes avec les cendres des époux Scherrer. Légèrement isolée et parfaitement intégrée dans un petit oasis, se trouve la maison arabe, la dernière reconstruction de Mr. Scherrer.

Des statues d’esclaves nubiens, immergées dans une végétation luxuriante, côtoient l’escalier qui vers la terrasse du palais indien, construit sur le modèle du palais Salò de Brugine près de Padova. A l’intérieur, comme dans les palais indiens, les murs sont décorés en style Moghul. Dans le jardin bouillonne une vasque sur laquelle se penchent quatre éléphants avec leur trompe en l’air, surmontés de trois cobra près a les attaquer et au sommet domine la vache sacrée de Mysore. Sur la gauche un petit étang dans le quel fleurissent des nymphées et auprès du quel trône une tortue chinoise, symbole de longue vie.

A la sortie du parc on peut admirer une maison typique lombarde-tessinoise du 1300, aménagée en restaurant-grotto, reconstruction fidèle que Mr. Scherrer a voulu insérer dans le parc pour témoigner son affection au Tessin. Reconstruite en 1930 avec les mêmes pierres et matériels provenant d’une vieille habitation du quartier de Sassello à Lugano, complètement démolie pour faire place aux immeubles actuels. Les locaux d’habitation sont construits autour de la cour avec le puits pour récolter l’eau pluvieuse et l’étage supérieur fut embelli d’une loge avec des arcades.

Le cadre botanique exceptionnel de ce «jardin des merveilles» est caractérisé de plus de cinquante variétés de plantes, marquées par une plaquette qui en indique le nom scientifique.